Découvrez l'histoire de la ville des Pavillons-sous-Bois

1905

Née de la séparation du territoire de Bondy le 3 janvier 1905, le nom de la ville « Les Pavillons-sous-Bois » est choisi en référence aux deux pavillons de garde de l’ancien château du Raincy.

La jeune commune commence à se développer. L'air de la campagne, et surtout les vastes terrains à bon marché, attirent des Parisiens peu fortunés et des industriels investisseurs.

En 1911, de nombreux  artisans sont déjà établis. La commune compte alors 3.646 habitants.

 

1914

Peu avant la guerre, disparaissent les anciennes installations de l'usine de traitement des vidanges parisiennes au nord du canal de l'Ourcq, sur le secteur qui sera, plus tard, appelé "La Poudrette".

Le terrain libéré demeurera longtemps quasi-désertique, posant à la commune un problème majeur de salubrité. Il ne sera définitivement réglé qu'à l'ultime fin du XXe siècle par les travaux d'extension de la zone industrielle environnante, et la création d'une voie nouvelle.

Années trente

La construction du pont de l'Europe, au-dessus du canal de  l'Ourcq, ainsi que la rénovation du pont de La Forêt, vont permettre la réalisation d'une zone industrielle au nord du canal. L'augmentation de la population entraîne la création de nouveaux équipements, surtout scolaires et sportifs.

1945 - 2000

La Ville a très peu souffert durant les hostilités. Elle s'installe  dans une tranquillité durable, la population poursuit sa croissance, mais il faut attendre la fin des années soixante pour que soit programmée la construction d'une nouvelle mairie et de locaux destinés à la culture et aux spectacles. Ce n'est qu'à compter de la fin des années 1990 que sera traité, selon un programme d'au moins dix ans, le problème de l'assainissement, crucial dès l'origine de la Ville qui fut édifiée sur des terres marécageuses où se rassemblent les eaux de ruissellement des plateaux du Raincy et de Montfermeil. L'action des associations d'histoire locale et de sauvegarde finira par obtenir l'inscription des pavillons de garde au registre du patrimoine historique. En 1986, la Ville se portera acquéreur du pavillon de l'Est et réalisera sa restauration en 1998, grâce en partie, à une souscription publique. En 2002, le second pavillon devient enfin propriété de la Ville et est lui aussi restauré.

De nos jours

Notre Ville a préservé son caractère pavillonnaire et se développe sans perdre son âme. La volonté municipale de protéger et d'améliorer la qualité de vie s'exprime par un train de mesures suivies depuis 1995, dont notamment : un plan local d’urbanisme conçu pour préserver le caractère pavillonnaire de la Ville, ainsi qu'un programme d'entretien, de rénovation, et de création d'équipements et de bâtiments publics. Les berges du canal ont été réhabilitées en espace de loisirs et de promenades et des équipements publics ont été créé : la Maison des Services Publics Claude Érignac, de la Salle de Sports Lino Ventura, l'implantation de nouvelles industries non polluantes constituent autant d'éléments vivifiants.

Le Projet de Rénovation Urbaine s’est concrétisé depuis plusieurs années avec la construction de logements sur le bord du Canal ainsi que la création d’une école et d’un centre commercial.